Rechercher

[Interview dans Muzeodrome] Ranimer la matière


Toute contrainte m'est grâce” Léonard de Vinci (cité par l’artiste Caroline Desnoëttes lors de la présentation de son œuvre Météolithes).

Dans un monde en recherche de durabilité, les matières recyclées ou surcyclées ont de plus en plus leur place dans les expositions. Sur ce sujet, j’ai questionné Ronan de la Croix.

Qui es-tu ? Quel est ton parcours ?

Ronan, 34 ans, passé par le CELSA, la pub en France, Angleterre et Chine, la création de médias engagés dans l’ESS (makesense, qqf, Alphonse), et désormais, à la croisée de l’art et de l’impact : commissaire d’exposition !

Que fais-tu aujourd'hui ?

Au travers de ma boîte Musei.on, j’aide les entreprises et institutions à rendre l’innovation et les transitions sociales et environnementales plus belles et désirables. Avec ChangeNOW, j’organise des grandes expositions et tables rondes en mode Expo universelle, avec La fabrique des récits, j’accompagne des artistes sur les chemins de la biodiversité...

Selon toi, l'écoconception est-elle un frein à l'évolution des offres ou le contraire?

Avec mon programme MANIFEST, on crée des œuvres avec des nouvelles matières issues de l’économie circulaire pratiquées par des entreprises industrielles ou de savoir-faire. Si cette forme d’éco-conception peut rebuter certains artistes, ça va en stimuler d’autres, c’est cette attitude de recherche-création qui m’intéresse beaucoup. L’idée c’est de se dire qu’on a assez extrait de marbre, de pierre, de sable, de pétrole, de métaux, etc… et qu’on a des milliers de matières nobles du XXIe siècle qui n’attendent que de rencontrer les artistes ! Il y a deux trois lobbies qui doivent grincer des dents...

Peux-tu nous indiquer un ou plusieurs exemples qui le confirme ?

J’ai eu le plaisir de travailler avec Néolithe, une startup en pleine croissance qui transforme les déchets “ultimes” en pierre : l’anthropocite. C’était très beau de voir les regards des ingénieurs et de l’artiste : Caroline Desnoëttes, se croiser et collaborer sur ce projet. Le résultat est canon et le mécène (Tri-O Greenwishes) est heureux.

Une ressource essentielle à partager avec les lecteurs et lectrices de Muzeodrome?

Je soutiens le travail du collectif Les Augures dont j’admire la méthodo et les réalisations. Je recommande le podcast de Où est le Beau ? d’Hélène Aguilar qui a aussi créé l’association Design Soutenable.

8 vues0 commentaire